Julien Le Huludut

Julien Le Huludut est né le 8 Avril 1904 à Concarneau, il était le plus jeune d'une famille de 4 garçons , Alphonse et Louis( morts pour la France lors de la première guerre mondiale) et François, le grand-père de Dominique Virlouvet.

Il épousa en première noces, Alphonsine Quentel, dont il eut deux enfants, Alphonse (né en 1924) et Solange (née en 1927)

Attiré par les promesses de l'El Dorado de la Langouste, il décida de partir gagner sa vie sur l'exploitation de Langoustes de Saint-Paul. Avec sa qualification de mécanicien, il s'occupait du montage et de l'entretien des machines à sertir les boites de conserves. C'était un beau projet pour un meilleurs avenir.

Maintenant que nous connaissons l'histoire nous savons que ce ne fut pas du tout le cas.

Son séjour à Saint-Paul eut raison de son couple .

Il épousa en seconde noces, Marie Herlédan, puis en troisième noces Marie Richard, déjà maman d'une petite fille Alberte... De cette union naquirent François et Maryvonne.

Julien suivit les délibérations du tribunal. Il voulait comprendre... Comprendre pourquoi ses employeurs les avaient laissé, lui et ses camarades, sur cette île perdue en plein milieu de l'océan indien, sans ravitailement...Pourquoi on les avait laissé mourir...

Il avait vu bien trop de souffrance, ils étaient si jeunes ! Bien trop jeunes!

Ce procès qui dura tant d'années, alors que dés le début les caisses pour payer les indemnités étaient vides...Ces pauvres gens furent menés en bateau., et profit fut tiré de leur ignorance.

A son retour à Concarneau, il trouva du travail en tant qu'employé municipal, et voulant s'impliquer au service de la population, il s'engagea comme pompier volontaire.

Le 3 Septembre 1939, il fut appelé sous les drapeaux lors de la mobilsation générale. Il fut arrété et fait prisonnier à Vannes le 26 Juin 1940. Il contracta la tuberculose pendant sa captivité. Il fut reconnu invalide de guerre.

Il est aussi écrit sur le livret militaire de Julien :"Membre d'une famille de quatre enfants, dont  deux frères morts pour la France".

Il décéda le 5 Janvier 1968 à Concarneau.

Maryvonne Tatéossian , sa fille, dit:"Parce qu'il était mon Papa, je peux affirmer que c'était une personne calme, humble, respectueuse et digne de confiance, je suis fière de lui".

La maman de Dominique, Marie-Louise Mad née Le Huludut n'avait jamais oublié que "ces pauvres gens partis travailler sur une île, avaient été abandonnés", et rendait régulièrement visite à son oncle et parrain au cimetière de Concarneau. C'est ainsi que cette histoire familiale fut transmise à sa fille Dominique Mad Virlouvet ..

Julien toujours au service des autres, deviendra celui qui, 37 ans après sa mort sera à l'origine de l'hommage rendu à ses camarades de souffrances, acteurs ordinaires de la tragédie des"OUBLIES DE L'ÎLE SAINT-PAUL".

 

 

 

 

 

Img 0002 4

Julien à différentes étapes de sa vie .

Julien lors de la mobilisation générale en 1939
1937.Julien Pompier volontaire
Julien avec sa fille Maryvonne
1956 communion de son fils François

En haut à gauche, Julien lors de la mobilisation de 1939. Au centre, pompier volontaire, accoudé à la moto pompe A droite, avec sa fille Maryvonne.

A gauche photo prise en 1956, lors de la communion de son fils François.

De gauche à droite. Michèle Mad , petite nièce de Julien, Marie-Louise Mad sa nièce et filleule , François son fils, son épouse, Maryvonne et ...Julien.

Il était souvent de tradition en Bretagne de mettre parrain ou marraine dans le même lignée.

Julien était le parrain de Marie-Louise, Marie-Louise devint la marraine de François  ..

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×